03 septembre 2005

Omar Tello Benalcázar et son Jardin d'Orquidées

De loin, derrière la grille et sous la pluie, une silhouette aperçoit nos signes et les observe, immobile, comme pétrifiée. Elle nous répond de sa voix si faible, et finit par s'approcher en titubant, après plusieurs dizaines de minutes d'insistance: c'est un jeune homme à l'air bizarre, la lèvre légèrement pendante et le regard ahuri: il est mentalement handicapé, et lorsqu'on arrive à l'abri, il s'assied sur une poutre et reste à nous fixer de son regard à demi-vitesse. Nous tentons de discuter avec lui. Omar Tello Benalcázar vient nous rejoindre et nous emmène alors dans la cabane. Plus tard, en nous montrant sa collection d'insectes, une petite fille trisomique voudra qu'on la porte pour sortir les planches des tiroirs, et s'agrippera tendrement à Omar.

- Omar Tello Benalcázar et ses enfants, dont deux sont handicapés, vit en Équateur aux portes de l'amazonie -

omar2

Sept hectares de forêt reconstruite. Il les a acheté quand il avait dix-neuf ans, alors qu'il travaillait dans une banque à Quito. Vingt-cinq ans, "media vida". C'est incroyablement vite dit, surtout quand il déclare calmement de son accent serrano, de la cordillère Los veinte primeros años fueron bien difíciles, Les vingt premières années ont été bien difficiles...Une visite en deux ou trois heures, rester avec lui cinq heures avant de devoir repartir, mais quand nous le quittons il reste là, années après années, sans que l'on sache. J'écris sur internet tout en sachant qu'il existe encore sa vie là-bas; quelqu'un lit ce que j'ai écrit, et lui continue, pour vingt cinq autres années son travail de fourmi. Ecosystèmes, faune, insectes, odeurs, saveurs. L'homme se promène dans les chemins de sa création.

- Il est seul -

omar_contemple

Pluie. De la botanique il n'a que la pratique. Il est seul. Il apprend seul. De temps en temps des indiens viennent visiter son oeuvre, et partagent leurs connaissances de la nature avec lui, lui expliquent leur pourquoi, de la puissance curative de telle ou telle plante, fleur ou écorce d'arbre, bases sans doute de nombreuses chimiothérapies, du goût de telle ou telle feuille ou racine, de la survenue de tel insecte. Et il leur explique les connaissances des autres indiens d'autres ethnies qui sont déjà passés. Kichwas, Cofanes, Sáparos, Huoranis, Sequoïas, et les Shuars, ceux avec qui vivait le vieux qui lisait des romans d'amour, parmi les arbres et les pages de Luis Sepúlveda.

- Il apprend en permanence -

omar_nettoie

- Il donne un sens -

à l'apparent anarchisme de sa végétation plantée. C'est ainsi que se présente un esprit, comme un bois épais où seul ne se perd pas celui qui le possède, et en connaît tous les éléments, et peut-être de cette façon peut-il accomplir d'être spectateur de lui-même. Il connaît l'histoire de chaque arbre, ses difficultés à le faire grandir et le protéger contre les infestations d'insectes, et ses victoires, ces équilibres gagnés, ces infestations à présent indispensables pour la protection de l'arbre. Sept hectares de lente victoire. Vingt-cinq ans à créer ce qu'il nomme avec un petit orgueil sucré tenant dans le creux de la main: un écosystème.

omar_parle

- Variété -

Je prends une de ces grandes feuilles plates et passe ma main dessus, glissant sur l'eau de pluie. Je caresse l'argile fraîche. Les branches caressent mon visage quand je passe en dessous. Je ne crains plus la nature. C'est un de ces instants.

Le son des tronçonneuses voisines alors qu'il nous explique le désastre de la déforestation. Le scandale du Ministère de l'Environnement. Il devrait payer pour reconstruire. A côté d'autres sont payés pour trancher.
Une certaine Patricia du Ministère. Brel disait que la bêtise c'est de la paraisse, que c'est un type qui se lève le matin et qui est satisfait de ce qu'il a. Patricia du Ministère lui dit Pourquoi vous ne déposez pas un brevet pour que personne ne vous vole votre idée? Mais c'est précisémment tout ce qu'il recherche le petit homme: qu'on le copie! Il rit tout en s'effondrant sur une chaise intérieure, parce qu'ils sont incroyables au Ministère.
"Vous ne pouvez pas vendre de fleurs, c'est de la destruction de l'environnement."
"Vous n'avez pas le droit de prendre des graines dans les forêts mortes, c'est interdit, à moins que vous ne payiez."
et toujours ce:
"C'est interdit
Pourquoi?
Parce que c'est interdit
Mais pourquoi?
Parce que c'est comme ça.

- La pluie qui tombe sur son visage lui donne l'air de pleurer parmi ses arbres, pleurer pour ses arbres -

omar_pleure

Omar_Tello_Benalc_zar.mp3
omar

Posté par Logan à 16:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Omar Tello Benalcázar et son Jardin d'Orquidées

    Nom d'un chien, sacré bonhomme. Ca c'est une œuvre.

    Posté par kitty78, 16 septembre 2006 à 11:27 | | Répondre
Nouveau commentaire