27 mars 2005

Compagnon silencieux

Mon maître arrive au bord de la fenêtre et me sourit, se penche et me caresse. J'aime ça parce que le soleil a réchauffé mes poils, et j'aime quand sa main entoure ma tête. Il met un morceau blanc dans ce liquide noir et chaud, en boit un peu et s'assied sur le tabouret clair, devant cette pièce de bois étrange, contre le mur. Je me lève et le regarde, en ronrronant et en plissant les yeux. Il me sourit encore et tourne la tête vers ses mains, avec lesquelles il fait ces drôles de sons en les bougeant. Je ne sait pas pourquoi il fait ça, ça a l'air de lui faire mal.

piano_31

Il ne me regarde plus et ferme les yeux. Je vais vers lui et me frotte contre ses jambes. Il ne réagit pas et continue à se faire mal. Ses pieds fond bouger des pédales. Je les regarde, observe ce mouvement. Ses bras au-dessus fond des vagues, et il se tord autour. Je monte sur une chaise et je vois de loin qu'il bouge ses doigts. Le soleil se lève, je retourne à la fenêtre.

regard_de_chat

Cette fois il termine de faire ses sons avec la tête haute, le visage éclairé, les yeux fermés, la bouche ouverte. D'autres fois il crie: "esto es una mierda!". Il me fait peur alors. Je pars en courant mais il ne me suit pas, il continue à faire ses sons, encore plus fort. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui je continue à me frotter à lui et à le regarder, et lui il continue de souffrir. Ça m'ennerve alors je me couche. Quand il termine il me regarde à nouveau, d'un drôle d'air, me caresse et s'en va à la cuisine. Après je le revois passer dans le couloir, j'entends la porte de sa chambre se refermer et je ne le vois plus pendant un long moment.

chat_et_piano2


Une pensée pour Filo...
Et ça fait du bien d'être de retour; j'espère que ça va continuer à marcher.

Posté par Logan à 01:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Compagnon silencieux

    Détour

    Un chat ça a un maître, tu crois?

    Le piano... oui, c'est la caresse qui brûle.

    Posté par Hepao, 01 avril 2005 à 22:45 | | Répondre
Nouveau commentaire